Célébration des matines

 


MATINES

1. OFFICE ROYAL *
2. HEXAPSALME *
3. PRIÈRES DE MATINES *

4. GRANDE ECTENIE *
5. TROPAIRES *
6. CATHISMES *
7. POLYÉLÉOS *
8. IMMACULATI (PSAUME 118) *
9. MÉGALINAIRE *
10. EULOGÉTAIRES DE LA RÉSURRECTION *
11. ANAVATHMI *
12. PROKIMENON *
13. ÉVANGILE *

14. PRIÈRE SOLONNELLE *
15. CANON *
16. MAGNIFICAT *
17. EXAPOSTILAIRES *
18. LAUDES *
19. GRANDE DOXOLOGIE *
20. ECTÉNIE DE SUPPLICATION *
21. ECTÉNIE DE DEMANDES *
22. CONGÉ *

INTRODUCTION

L’office de matines (aussi appelé " orthros ", son nom grec) est l’office de prière du matin selon le rite byzantin. Le commun des matines connaît un grand nombre de variantes : selon le jour de la semaine (jour ordinaire ; dimanche) ; selon la saison liturgique (temps ordinaire ; grand carême ; temps pascal) ; selon la fête (fête ordinaire ; grande fête). L’ordo présenté ici suit en général celui des matines dominicales, qui sont souvent célébrées en paroisse. Dans l’usage slave, les matines dominicales sont typiquement célébrées le samedi soir et la veille des grandes fêtes, avec les vêpres, dans l’office des vigiles. Dans l’usage grec, les matines sont célébrées le dimanche matin, avant la Divine Liturgie.

Les paroisses, monastères et autres lieux de culte adoptent généralement un ordo qui leur convient, suivant néanmoins les grandes lignes de l’ordo typique.

Pour plus d’informations sur les rubriques s’appliquant aux différents temps liturgiques et fêtes, on peut consulter les références suivantes :

Ce dernier contient une introduction à l’historique des matines et au sens particulier de chaque partie de l’office.

Les psaumes sont de la traduction du Psautier par l’archimandrite Placide Deseille (Les Psaumes, Prière de L’Église, YMCA-Press, 1979 ; éd. Tinos, Athènes, 1999). Ce livre contient deux textes sur le sens chrétien des psaumes : " L’interprétation chrétienne des psaumes " ; et : " Le Psautier, livre de prières de l’Église ". Ces textes sont accessibles aux Pages Orthodoxes La Transfiguration à la page Les Psaumes, Prières de l’Église (www.pagesorthodoxes.net/bible/psautier.htm).


MATINES

  1. OFFICE ROYAL

    Dans certains cas, l’office royal précède les matines. Lorsqu’on célèbre les vigiles, après la bénédiction finale des vêpres, le lecteur commence par l’Hexapslame : " Gloire à Dieu au plus haut des cieux… " (section 2). Si les matines sont précédées d’un autre office, le prêtre donne la bénédiction et le lecteur dit " Amen ", puis continue directement " Venez adorons… ". Si les matines ne sont pas précédées d’un autre office, le prêtre donne la bénédiction et le lecteur dit les prières initiales.

    PRÊTRE : Béni est notre Dieu, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    LECTEUR : Amen. Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi.

    Roi du ciel, Consolateur, Esprit de vérité,
    toi qui es partout présent et qui remplis tout,
    Trésor des bons et Donateur de vie,
    viens et demeure en nous,
    purifie-nous de toute souillure
    et sauve nos âmes, toi qui es bonté.

    Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel,
    aie pitié de nous. (3 fois)

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit,
    maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Très Sainte Trinité, aie pitié de nous.
    Seigneur, remets nos péchés.
    Maître, pardonne nos iniquités.
    Saint, visite-nous et guéris nos infirmités,
    à cause de ton Nom.

    Kyrie eleison. (3 fois)
    Gloire au Père... Maintenant…

    Notre Père qui es aux cieux,
    que ton Nom soit sanctifié, que ton règne arrive,
    que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
    Donne-nous aujourd’hui notre pain substantiel,
    remets-nous nos dettes
    comme nous remettons à nos débiteurs,
    et ne nous soumets pas à l’épreuve,
    mais délivre-nous du malin.

    PRÊTRE : Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    LECTEUR : Amen. Kyrie eleison. (12 fois)
    Gloire au Père... Maintenant…

    LECTEUR OU CHŒUR :

    Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi.
    Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu.
    Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ lui-même, notre Roi et notre Dieu.

    L’Invitatoire est chantée aux vêpres et aux vigiles du dimanche et des grandes fêtes. Dans certaines versions chantées, on ajoute :

    Venez, adorons, prosternons-nous devant lui.

    PSAUME 19

    LECTEUR : Que le Seigneur t’exauce au jour de la tribulation,
    que le Nom du Dieu de Jacob te protège !
    Que du sanctuaire il t’envoie son secours,
    et que de Sion il t’apporte son soutien !
    Qu’il se souvienne de tous tes sacrifices,
    et que ton holocauste lui soit agréable !
    Qu’il donne selon ton cœur,
    et qu’il accomplisse tous tes desseins !
    Nous exulterons pour ton salut,
    et nous nous glorifierons dans le Nom de notre Dieu.
    Que le Seigneur accomplisse toutes tes requêtes !
    Maintenant, je sais que le Seigneur a sauvé son Christ ;
    il l’exaucera de son sanctuaire des cieux.
    Le salut est dans les grandes œuvres de sa droite.
    Ceux-ci ont recours aux chars, ceux-là aux chevaux ;
    mais nous, c’est le Nom du Seigneur notre Dieu que nous invoquons.
    Eux, ils ont été entravés et sont tombés,
    mais nous, nous voici relevés et nous restons debout.
    Seigneur, sauve le Roi,
    et exauce-nous, le jour où nous t’invoquerons !

    PSAUME 20

    Seigneur, en ta force le Roi se réjouit ;
    et pour ton salut, il exulte grandement.
    Tu lui as accordé ce que son cœur désirait ;
    tu ne lui as pas refusé ce que souhaitaient ses lèvres.
    Car tu l’as prévenu de bénédictions pleines de douceur ;
    tu as posé sur sa tête une couronne de pierres précieuses.
    Il t’avait demandé la vie, et tu la lui as donnée ;
    de longs jours, pour les siècles des siècles.
    Grande est sa gloire, grâce à ton salut ;
    tu as mis sur lui la splendeur et la magnificence.
    Tu lui donneras la bénédiction pour les siècles des siècles ;
    tu le rempliras d’allégresse par la vision de ta face.
    Car le Roi a mis son espérance dans le Seigneur,
    et par la miséricorde du Très-Haut, il ne chancellera pas.
    Que ta main se trouve devant tous tes ennemis ;
    que ta droite trouve tous ceux qui te haïssent ;
    tu en feras comme une fournaise de feu au temps où paraîtra ta face ;
    le Seigneur dans sa colère les frappera d’épouvante, et le feu les dévorera.
    Leur fruit, tu l’extermineras de la terre,
    et leur race, d’entre les fils des hommes !
    Car ils t’ont chargé de maux ;
    ils ont ruminé des desseins qu’ils n’ont pu accomplir.
    Tu leur apparaîtras de dos ;
    pour ce que tu gardes en réserve, tu prépareras leur visage.
    Sois exalté, Seigneur, dans ta puissance,
    nous chanterons et jouerons des psaumes pour tes grandes œuvres.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit,
    maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    LECTEUR : Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel,
    aie pitié de nous. (3 fois)

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit,
    maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Très Sainte Trinité, aie pitié de nous.
    Seigneur, remets nos péchés.
    Maître, pardonne nos iniquités.
    Saint, visite-nous et guéris nos infirmités,
    à cause de ton Nom.

    Kyrie eleison. (3 fois)
    Gloire au Père... Maintenant…

    Notre Père qui es aux cieux,
    que ton Nom soit sanctifié, que ton règne arrive,
    que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
    Donne-nous aujourd’hui notre pain substantiel,
    remets-nous nos dettes
    comme nous remettons à nos débiteurs,
    et ne nous soumets pas à l’épreuve,
    mais délivre-nous du malin.

    PRÊTRE : Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    LECTEUR : Amen.

    Sauve ton peuple, Seigneur, et bénis ton héritage,
    accorde à tes fidèles victoire sur les ennemis
    et sauvegarde par ta croix les nations qui t’appartiennent.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit.

    Toi qui souffris librement d’être exalté sur la croix,
    au nouveau peuple appelé de ton Nom,
    accorde ta bienveillance, ô Christ notre Dieu,

    Donne force à tes fidèles serviteurs,
    les protégeant de toute adversité :
    que ton alliance leur soit une arme de paix, un invincible trophée !

    Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Protectrice qui inspires le respect et n’a pas à craindre l’échec,
    en ta bonté ne méprise pas nos supplications,
    divine Mère toute-digne de nos chants ;
    affermis le peuple qui professe la vraie foi,
    sauve ceux qui oeuvrent pour le règne de ton Fils
    et donne-leur la victoire depuis le ciel, toi la seule bénie qui enfantas notre Dieu.

    DIACRE : Aie pitié de nous, ô Dieu, selon ta grande miséricorde,
    nous te prions, écoute-nous et aie pitié.

    CHŒUR : Kyrie eleison. (3 fois) (et ainsi après chaque demande)

    DIACRE : Nous te prions encore pour notre patriarche N., notre métropolite N., notre évêque N., et pour tous nos frères en Christ.

    Nous te prions encore pour notre patrie et pour ceux qui la gouvernent.

    Nous te prions encore pour toute notre fraternité dans le Christ.

    PRÊTRE : Car tu es un Dieu plein de miséricorde et d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen. Au Nom du seigneur, père bénis.

    PRÊTRE : Gloire à la sainte, consubstantielle, vivifiante et indivisible Trinité,
    en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    LECTEUR : Amen.

    2. HEXAPSALME

    On éteint les lumières dans le sanctuaire et dans l’église. Un lecteur lit l’Hexapsalme au centre de l’église. Pendant la lecture des trois premiers psaumes, le prêtre, revêtu de l’épitrahilion, reste dans le sanctuaire et commence la lecture des douze prières secrètes de matines (voir section 3). Après les trois premiers psaumes, quand le lecteur dit : " Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu ", le prêtre sort par la porte nord, se tient devant les portes royales et, la tête découverte, il termine la lecture des prières secrètes.

    LECTEUR : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre,
    bienveillance parmi les hommes. (3 fois)

    Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange. (2 fois)

    PSAUME 3

    LECTEUR : Seigneur, pourquoi se sont-ils multipliés,
    ceux qui m’infligent la tribulation ?
    Ils sont nombreux, ceux qui se lèvent contre moi.
    Nombreux, ceux qui disent à mon âme :
    " Point de salut pour lui en son Dieu ! "
    Mais toi, Seigneur, tu me prends avec toi,
    Tu es ma gloire, celui qui me relève la tête.
    De ma voix, j’ai crié vers le Seigneur,
    et il m’a exaucé de sa sainte montagne.
    Je me suis endormi, le sommeil m’a saisi,
    et je me suis réveillé, car le Seigneur m’a pris avec lui.
    Je ne craindrai pas ces myriades de gens
    qui de toutes parts s’acharnent contre moi.
    Lève-toi, Seigneur, sauve-moi, mon Dieu !
    Car tu as frappé tous ceux qui me haïssent sans raison,
    tu as brisé les dents des pécheurs.
    Au Seigneur appartient le salut ;
    et sur ton peuple est ta bénédiction.
    Je me suis endormi, le sommeil m’a saisi,
    et je me suis réveillé, car le Seigneur m’a pris avec lui.

    PSAUME 37

    Seigneur, ne me reprends pas dans ta colère,
    et ne me châtie pas dans ton irritation.
    Tu m’as percé de tes flèches,
    et tu as appesanti sur moi ta main.

    Il n’y a plus rien de sain dans ma chair à cause de ta colère,
    il n’y a plus de paix dans mes os, à cause de mes péchés.
    Car mes iniquités me dépassent la tête,
    comme un fardeau pesant elles pèsent sur moi.
    mes plaies sont puanteur et pourriture, à cause de ma folie.
    Je suis dans la misère, courbé à jamais,
    tout le jour en deuil je chemine.
    On accable mes plaies de moqueries,
    et il n’y a plus rien de sain en ma chair.
    Je suis affligé et humilié outre mesure,
    je rugis, à cause des sanglots de mon cœur.
    Seigneur, tout mon désir est devant toi,
    et mon gémissement ne t’est point caché.
    Mon cœur est troublé, ma force m’abandonne,
    et même la lumière de mes yeux.
    Mes amis et mes compagnons se sont approchés et dressés contre moi,
    et mes proches se tiennent loin de moi.
    Ils sont pleins de violence, ceux qui cherchent mon âme,
    ceux qui cherchent mon malheur ont le mensonge à la bouche,
    tout le jour ils méditent des fourberies.
    Mais je suis comme un sourd, je n’entends pas,
    comme un muet, je n’ouvre pas la bouche ;
    je suis pareil à un homme qui n’entend rien,
    et qui n’a pas de réplique en sa bouche.
    Car c’est en toi, Seigneur, que j’ai mis mon espérance,
    c’est toi qui m’exauceras, Seigneur mon Dieu.
    J’ai dit : " Que mes ennemis ne se réjouissent pas à mon sujet ! "
    Car ils parlent avec insolence contre moi
    quand mes pieds chancellent.
    Me voici prêt à recevoir les coups,
    et ma souffrance est sans cesse devant moi.
    Mon iniquité, je la confesse,
    et mon âme est en souci à cause de mon péché.
    Cependant, mes ennemis sont vivants,
    ils sont devenus plus forts que moi ;
    ils se sont multipliés, ceux qui me haïssent sans cause ;
    ceux qui me rendent le mal pour le bien me déchirent,
    parce que je cherche à faire le bien.

    Ne m’abandonne pas, Seigneur mon Dieu,
    ne t’éloigne pas de moi ;
    sois attentif à me secourir, Seigneur de mon salut !
    Ne m’abandonne pas, Seigneur mon Dieu,
    ne t’éloigne pas de moi ;
    sois attentif à me secourir, Seigneur de mon salut !

    PSAUME 62

    Dieu, mon Dieu, pour toi je veille dès l’aurore ;
    mon âme a soif de toi ;
    de combien de façons ma chair te désire,
    dans une terre déserte, sans chemin et sans eau.
    Ainsi, je parais devant toi dans ton sanctuaire,
    pour voir ta puissance et ta gloire.
    Car ta miséricorde est meilleure que la vie ;
    mes lèvres te loueront.
    Ainsi je te bénirai tout au long de ma vie,
    et j’élèverai les mains en invoquant ton Nom.
    Mon âme sera rassasiée comme de moelle et de graisse,
    et la joie sur les lèvres, ma bouche te louera.
    Si ton souvenir me revient sur ma couche,
    jusqu’à l’aurore je méditerai ton Nom.
    Car tu es mon secours,
    et je trésaille d’allégresse sous le couvert de tes ailes.
    Mon âme s’est attachée à toi, et ta droite m’a saisi.
    Mais eux, c’est en vain qu’ils cherchent mon âme,
    ils descendront dans les profondeurs de la terre ;
    ils seront livrés au tranchant de l’épée,
    et deviendront la part des renards.
    Et le Roi se réjouira en Dieu,
    ils s’en loueront, tous ceux qui jurent par lui ;
    mais la bouche qui tient des propos injustes sera fermée.
    Jusqu’à l’aurore je méditerai ton Nom.
    Car tu es mon secours,
    et je trésaille d’allégresse sous le couvert de tes ailes.
    Mon âme s’est attachée à toi, et ta droite m’a saisi.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit,
    maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu ! (3 fois)

    Kyrie eleison. (3 fois)

    Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit,
    maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    PSAUME 87

    LECTEUR : Seigneur, Dieu de mon salut,
    le jour et la nuit j’ai crié devant toi.
    Que ma prière entre en ta présence,
    incline l’oreille vers ma supplication.
    Car mon âme est remplie de maux,
    et ma vie est au bord des enfers.
    J’ai été compté parmi ceux qui descendent dans la fosse,
    je suis devenu comme un homme sans secours,
    libre parmi les morts,
    comme ceux qui ont été blessés à mort et dorment dans la tombe,
    eux dont tu ne te souviens plus,
    et que tu as écartés loin de ta main.
    On m’a mis au plus profond de la fosse,
    dans les ténèbres et l’ombre de la mort.
    Sur moi s’est appesantie ta colère,
    et tu as fait passer sur moi tous tes flots.
    Tu as éloigné de moi mes compagnons,
    ils m’ont pris en horreur ;
    j’ai été livré et je ne puis m’échapper.
    Mes yeux sont usés par la misère ;
    j’ai crié vers toi, Seigneur,
    tout le jour, j’ai tendu les mains vers toi.
    Pour les morts feras-tu des merveilles,
    ou les médecins les ressusciteront-ils, afin qu’ils te confessent ?
    Parlera-t-on de ta miséricorde dans la tombe,
    de ta vérité au lieu de perdition ?
    Connaîtra-t-on dans la ténèbre tes merveilles,
    et ta justice au pays de l’oubli ?
    Et moi, j’ai crié vers toi, Seigneur,
    le matin, ma prière ira au-devant de toi.
    Pourquoi, Seigneur, repousser mon âme,
    détourner de moi ta face ?
    Je suis pauvre et dans la peine depuis ma jeunesse ;
    j’ai été élevé, puis humilié et abattu.
    Sur moi ont passé tes colères,
    tes terreurs m’ont épouvanté.
    Elles me cernent comme de l’eau tout le jour,
    elles se referment sur moi toutes ensemble.
    Tu as éloigné de moi mes amis et mes proches,
    et mes compagnons, à cause de ma misère.

    Seigneur, Dieu de mon salut,
    le jour et la nuit j’ai crié devant toi.
    Que ma prière entre en ta présence,
    incline l’oreille vers ma supplication.

    PSAUME 102

    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    et que tout ce qui est en moi bénisse son saint Nom.
    Bénis le Seigneur, ô mon âme,
    et n’oublie aucun de ses bienfaits.
    Lui qui pardonne toutes tes iniquités,
    qui te guérit de toutes tes maladies ;
    lui qui rachète ta vie de la corruption,
    qui te couronne de miséricorde et de compassion,
    qui rassasie de biens ton désir,
    et comme celle de l’aigle sera renouvelée ta jeunesse.
    Le Seigneur répand les miséricordes,
    il fait droit à tous les opprimés.
    Il révéla ses voies à Moïse,
    aux fils d’Israël ses volontés.
    Le Seigneur est compatissant et miséricordieux,
    lent à la colère et plein de miséricorde.
    Elle ne sera pas éternelle sa colère,
    elles ne seront pas pour toujours ses menaces.
    Il n’a pas agi envers nous selon nos iniquités,
    il ne nous a pas rendu selon nos péchés.
    Comme est la hauteur des cieux sur la terre,
    il a rendu puissante sa miséricorde envers ceux qui le craignent.
    Comme est loin d’Orient de l’Occident,
    il a éloigné de nous nos iniquités.
    Comme un père a compassion de ses fils,
    le Seigneur a eu compassion de ceux qui le craignent.
    Car il sait de quoi nous sommes pétris,
    il se souvient que nous sommes poussière.
    L’homme, ses jours sont comme l’herbe,
    comme la fleur des champs il fleurit :
    sur lui qu’un souffle passe, il n’est plus,
    jamais plus il ne connaîtra sa place.
    Mais la miséricorde du Seigneur pour qui le craint
    s’étend de l’éternité à l’éternité,
    et sa justice sur les fils de leurs fils ;
    pour ceux qui gardent son testament,
    qui se souviennent d’accomplir ses volontés.
    Le Seigneur a préparé son trône dans les cieux,
    par-dessus tout son royaume domine.
    Bénissez le Seigneur, tous ses anges, forts et puissants,
    qui exécutez sa parole, attentifs au son de ses paroles.
    Bénissez le Seigneur, vous toutes ses armées,
    ses serviteurs, qui faites ses volontés.
    Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres,
    en tout lieu de son empire ;
    bénis le Seigneur, ô mon âme.
    En tout lieu de son empire,
    bénis le Seigneur, ô mon âme.

    PSAUME 142

    Seigneur, exauce ma prière,
    prête l’oreille à ma supplication en ta vérité,
    exauce-moi en ta justice.
    Et n’entre pas en jugement avec ton serviteur,
    car nul vivant ne sera trouvé juste devant toi.
    Car l’ennemi a poursuivi mon âme,
    il a humilié ma vie jusqu’à terre.
    Il m’a fait habiter dans les ténèbres,
    comme les morts des jours anciens.
    Et en moi mon esprit a défailli,
    mon cœur a été troublé au-dedans de moi.
    Je me suis souvenu des jours d’autrefois,
    j’ai médité sur toutes tes œuvres,
    sur l’ouvrage des tes mains je méditais.
    J’ai étendu mes mains vers toi,
    mon âme est devant toi comme une terre sans eau.
    Hâte-toi, Seigneur, de m’exaucer, mon esprit défaille.
    Ne détourne pas de moi ta face,
    que je ne sois semblable à ceux qui descendent dans la fosse.
    Fais-moi entendre au matin ta miséricorde,
    parce que j’ai mis en toi mon espérance.
    Fais-moi connaître la voie où je dois marcher,
    car vers toi j’ai élevé mon âme.
    Délivre-moi de mes ennemis, Seigneur,
    auprès de toi j’ai cherché refuge.
    Apprends-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu.
    Ton esprit bon me conduira dans la terre de rectitude.
    À cause de ton Nom, Seigneur, tu me feras vivre ;
    en ta justice, tu tireras mon âme de la tribulation ;
    et dans ta miséricorde, tu détruiras mes ennemis,
    tu feras périr tous ceux qui oppriment mon âme,
    car je suis ton serviteur.
    Seigneur, exauce-moi en ta justice,
    et n’entre pas en jugement avec ton serviteur.

    Seigneur, exauce-moi en ta justice,
    et n’entre pas en jugement avec ton serviteur.
    Ton esprit bon me conduira dans la terre de rectitude.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit,
    maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu. (3 fois)

    3. PRIÈRES DE MATINES

    Le prêtre commence la lecture des prières de matines dans le sanctuaire. Après les trois premiers psaumes de l’hexapsalme, quand le lecteur dit : " Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu ", le prêtre sort par la porte nord, se tient devant les portes royales et termine la lecture des prières de matines.

    Prière 1

    Nous te rendons grâces, Seigneur notre Dieu, car tu nous as fait lever de notre couche et tu as mis sur nos lèvres une parole de louange, pour adorer et invoquer ton saint Nom. Et nous te prions, en vertu de la miséricorde dont tu as toujours gratifié notre vie : maintenant encore, envoie ton secours à ceux qui se tiennent en présence de ta sainte gloire et qui attendent de toi le trésor de ta miséricorde ; et donne à ceux qui te servent en tout temps avec crainte et amour de louer ton ineffable bonté.

    Car à toi revient toute gloire, tout honneur et toute adoration, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 2

    Depuis la nuit notre esprit veille devant toi, ô notre Dieu, car la lumière de tes commandements éclaire la terre. Apprends-nous à accomplir justice et sainteté en te révérant, nous qui te glorifions comme notre Dieu véritable. Incline ton oreille et exauce-nous. Seigneur, souviens-toi nommément de chacun de ceux qui sont ici présents et qui prient avec nous, et par ta puissance sauve-les. Bénis ton peuple et sanctifie ton héritage ; donne la paix au monde qui est tien, à tes Eglises, aux prêtres, à nos gouvernants et à tout ton peuple.

    Car il est béni et glorifié, ton Nom sublime et plein de majesté, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 3

    Depuis la nuit notre esprit veille devant toi, ô notre Dieu, car la lumière des tes commandements nous éclaire. Enseigne-nous, Seigneur, ta justice, tes préceptes et jugements. Illumine les yeux de notre entendement, pour ne pas nous endormir dans le péché qui mène à la mort. Chasse toute ténèbre de nos cœurs, accorde-nous ton Soleil de justice et garde sans reproche notre vie, sous le sceau de ton Esprit Saint. Dirige nos pas sur un chemin de paix. Fais-nous voir, dans l’allégresse, l’aurore et le jour, pour que montent vers toi nos prières de matines.

    Car à ta majesté appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 4

    Seigneur Dieu, saint et transcendant, toi qui ordonnes à la lumière de briller à partir des ténèbres, qui nous fais reposer dans le sommeil de la nuit et qui nous fais lever pour rendre gloire et implorer ta bonté, laissant fléchir ton cœur, accueille-nous prosternés que nous sommes devant toi pour te rendre grâces, autant qu’il est en notre pouvoir. Accorde-nous tout ce que nous te demandons pour notre salut, fais de nous des fils de la lumière et du jour, les héritiers de tes biens éternels. En ta grande compassion, souviens-toi, aussi, Seigneur, de tout ton peuple, de ceux qui sont ici présents et qui prient avec nous ainsi que de tous nos frères qui sur terre, sur mer, dans les airs, en tout lieu soumis à ta seigneurie, implorent ton secours et ton amour des hommes : à tous accorde-nous grande miséricorde ; afin que, persévérant dans le salut de l’âme et du corps, nous puissions avec assurance glorifier et bénir ton Nom admirable.

    Car tu es un Dieu de miséricorde, plein de tendresse et d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 5

    Trésor de tous les biens, leur source intarissable, Père saint, toi qui fais des merveilles, Maître de toutes choses et Seigneur tout-puissant, tous, nous t’adorons et te prions, invoquant ta miséricorde et ta compassion pour aider et secourir notre misère. Seigneur, souviens-toi de tes serviteurs, agrée nos prières de matines comme encens devant toi, et que nul d’entre nous ne perde ta faveur, mais entoure-nous tous de ta miséricorde. Seigneur, souviens-toi de ceux qui veillent et chantent pour te glorifier ainsi que ton Fils unique, notre Dieu, et ton Saint Esprit. Sois leur secours, leur protecteur. Accueille leurs prières à ton céleste et mystique autel.

    Car tu es notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 6

    Nous te rendons grâces, Seigneur, Dieu de notre salut, car tu règles toutes choses pour le bien de notre vie, en sorte que nous tournions sans cesse les yeux vers toi, comme vers le sauveur et bienfaiteur de nos âmes. Tu nous as fait reposer une partie de la nuit et, nous éveillant du sommeil où nous gisions, tu nous as fait lever pour adorer ton saint Nom. Aussi, nous t’en supplions, Seigneur, donne-nous grâce et force, afin de psalmodier avec sagesse et de te prier sans cesse, avec crainte et tremblement, réalisant ainsi notre propre salut sous la protection de ton Christ. Seigneur, souviens-toi aussi de ceux qui t’appellent durant la nuit : écoute leur clameur et prends-les en pitié, écrase sous leurs pieds les invisibles ennemis.

    Car tu es le roi de la paix et le sauveur de nos âmes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 7

    Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous as fait lever de notre couche et nous as rassemblés à l’heure de la prière, montre-nous ta faveur lorsque s’ouvrent nos lèvres, agrée nos pauvres actions de grâces et apprends-nous tes volontés, car nous ne savons prier comme il convient si tu ne nous conduis toi-même, Seigneur, par ton Saint Esprit. Aussi, nous t’en prions, remets, efface, pardonne tous les péchés que nous avons commis jusqu’à cette heure, en parole, en action, en pensée, de plein gré ou sans le vouloir. Car si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, Seigneur, qui donc subsistera ? Mais près de toi se trouve le pardon. Tu es le seul saint, le seul secours, le puissant défenseur de notre vie : à toi notre louange en tout temps !

    Que la majesté de ton règne soit bénie et glorifiée, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 8

    Seigneur notre Dieu, qui nous as tirés de la torpeur du sommeil et nous as convoqués par un saint appel pour que, même en la nuit, nous élevions les mains et te rendions grâces pour tes justes jugements, accueille nos prières, nos supplications, nos actions de grâces et nos offices de la nuit. Accorde-nous, Seigneur, une foi inébranlable, une ferme espérance, une sincère charité. Bénis nos entrées et nos sorties, nos œuvres, nos actions, nos paroles, nos désirs. Et donne-nous d’atteindre le début du jour en louant, chantant et bénissant ton ineffable et suprême bonté.

    Car à ton Nom très-saint convient la bénédiction, comme à ton règne la gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 9

    Fais luire en nos cœurs, Maître ami des hommes, la pure lumière de la divine connaissance et ouvre les yeux de notre entendement à l’intelligence de ton message évangélique. Pénètre-nous de crainte envers tes bienheureux commandements, afin qu’ayant réprimé tous nos charnels désirs nous progressions dans la vie spirituelle, en suivant ton bon plaisir dans toutes nos pensées et nos actions.

    Car tu es la sanctification et l’illumination de nos âmes et de nos corps, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 10

    Seigneur notre Dieu, qui par le repentir accordes aux hommes la rémission de leurs fautes et qui nous as donné, en la repentance du prophète David, un modèle de prise de conscience et de confession des péchés pour en obtenir le pardon ; toi-même, Seigneur, devant le nombre et la gravité des fautes dans lesquelles nous sommes tombés, aie pitié de nous en ta grande bonté, en ton immense miséricorde efface nos iniquités. Contre toi, Seigneur, nous avons péché, contre toi qui connais les profonds mystères du cœur humain et qui seul as le pouvoir de remettre les péchés. Crée en nous un cœur pur, et que nous soutienne un esprit souverain ! Fais-nous connaître la joie de ton salut, ne nous rejette pas loin de ta face ; mais permets-nous, en ta bonté et ton amour pour les hommes, de t’offrir, jusqu’à notre dernier souffle, le juste sacrifice, la parfaite oblation, sur ton autel.

    Par la miséricorde, la compassion et l’amour pour les hommes de ton Fils unique, avec lequel tu es béni, ainsi que ton très-saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 11

    Seigneur notre Dieu, toi qui soumets à ta volonté les puissances intellectuelles et spirituelles, nous t’en prions et supplions, reçois de nous les chants de louange par lesquels, avec toutes tes créatures, nous essayons de te glorifier et comble-nous, en retour, de tes riches bienfaits. Car devant toi fléchit tout genou, au ciel, sur terre et aux enfers ; tout ce qui vit et respire et toute la création chante ta gloire inaccessible, seul Dieu véritable, si riche en miséricorde.

    Car les Puissances des cieux chantent ta louange, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Prière 12

    Nous te louons, nous te chantons, nous te bénissons, nous te rendons grâces, ô Dieu de nos Pères, car tu as repoussé l’obscurité de la nuit et nous as fait voir à nouveau la lumière du jour. Mais nous implorons ta bonté : pardonne-nous nos péchés et reçois notre prière, dans ta grande tendresse ; car nous nous réfugions près de toi, Dieu de miséricorde et tout-puissant. Fais luire dans nos cœurs le vrai Soleil de ta justice, éclaire notre esprit et garde tous nos sens, afin que, marchant avec dignité, comme en plein jour, sur la voie de tes commandements, nous parvenions à la vie éternelle pour y jouir de la lumière inaccessible, car en toi est la source de la vie.

    Car tu es notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    4. GRANDE ECTENIE

    DIACRE : En paix, prions le Seigneur.

    CHŒUR : Kyrie eleison. (et ainsi après chaque demande)

    DIACRE : Pour la paix qui vient du ciel et le salut de nos âmes, prions le Seigneur.

    Pour la paix du monde entier, la stabilité des saintes Églises de Dieu
    et l’union de tous, prions le Seigneur.

    Pour cette sainte maison, pour ceux qui y entrent avec foi, piété et crainte de Dieu, prions le Seigneur.

    Pour notre patriarche N. / notre métropolite N., / notre évêque N.,
    l’ordre vénérable des prêtres, le diaconat en Christ, pour tout le clergé et tout le peuple, prions le Seigneur.

    Pour notre patrie et ceux qui la gouvernent, prions le Seigneur.

    Pour les membres de cette paroisse (communauté), pour ce village, pour toute ville
    et toute contrée, et pour ceux qui y vivent dans la foi, prions le Seigneur.

    Pour des saisons clémentes, l’abondance des fruits de la terre et des jours de paix, prions le Seigneur.

    Pour ceux qui sont en mer et dans les airs, les voyageurs, les malades, les prisonniers, pour tous ceux qui peinent et pour le salut de tous, prions le Seigneur.

    Pour être délivrés de toute affliction, inimitié, péril et nécessité, prions le Seigneur.

    Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

    Faisant mémoire de notre très sainte, immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et de tous les Saints, confions-nous nous- mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

    CHŒUR : À toi, Seigneur.

    PRÊTRE : Car à toi appartiennent toute gloire, honneur et adoration, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    5. TROPAIRES

    DIACRE : Dans le ...ième ton :

    Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu ;
    béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur.

    Rendez grâce au Seigneur, car il est bon, car éternelle est sa miséricorde.

    CHŒUR : (dans le ton du tropaire de la fête)

    Le Seigneur Dieu nous est apparu ; béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur.
    (et ainsi après chaque verset)

    DIACRE : Toutes les nations m’ont entouré, mais au Nom du Seigneur, je les ai repoussées.

    Je ne mourrai pas, mais je vivrai, et je raconterai les œuvres du Seigneur.

    La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs, c’est elle qui est devenue la tête d’angle. C’est le Seigneur qui l’a faite, et elle est admirable à nos yeux.

    Le chœur chante les tropaires : le dimanche, habituellement deux fois le tropaire dominical, " Gloire… ", le tropaire du saint du jour, " Maintenant… " et le théotokion dominical selon le ton du dernier tropaire. Le prêtre rentre au sanctuaire.

    6. CATHISMES

    CHŒUR : Kyrie eleison. (3 fois)

    Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit ; ...

    LECTEUR : ... maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Lecture du premier cathisme du jour (dans la pratique, le cathisme est souvent raccourci).
    À la fin du cathisme :

    LECTEUR : Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit maintenant et toujours
    et dans les siècles des siècles. Amen.

    Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu ! (3 fois)

    Le prêtre est demeuré au sanctuaire pendant la lecture du cathisme.
    Le diacre dit la petite ecténie :

    PETITE ECTENIE

    DIACRE : Encore et encore, en paix, prions le Seigneur.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Faisant mémoire de notre très sainte, immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et de tous les Saints, confions-nous nous- mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

    CHŒUR : À toi, Seigneur.

    PRÊTRE : Car à toi appartient la force, à toi le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    On chante ou on lit le premier " cathisme poétique " (sédalène). Ensuite, à nouveau :

    CHŒUR : Kyrie eleison. (3 fois)

    Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit ; ...

    LECTEUR : ... maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    Lecture du deuxième cathisme du jour (dans la pratique, le cathisme est souvent raccourci). À la fin du deuxième cathisme :

    LECTEUR : Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit ; maintenant et toujours
    et dans les siècles des siècles. Amen.

    Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu ! (3 fois)

    PETITE ECTENIE

    DIACRE : Encore et encore, en paix, prions le Seigneur.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Faisant mémoire de notre très sainte, immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine,
    la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et de tous les Saints, confions-nous
    nous- mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

    CHŒUR : À toi, Seigneur.

    PRÊTRE : Car à tu es un Dieu bon et ami des hommes, et nous te rendons gloire,
    Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    On chante ou on lit le deuxième " cathisme poétique " (sédalène). S’il ne l’a déjà fait durant la lecture du deuxième cathisme, le prêtre revêt le phélonion.

    7. POLYÉLÉOS

    Tandis que le chœur chante le Polyéléos, le prêtre ouvre les portes royales et encense le sanctuaire. On allume tous les luminaires au sanctuaire et dans l’église. Le prêtre encense constamment l’icône de la fête pendant toute la durée du Polyéléos. Si c’est l’usage, il tient dans la main gauche un cierge allumé.

    Selon le Typikon, le Polyéléos est chanté le dimanche que du 22 septembre au 20 décembre et du 14 janvier au dimanche de la Tyrophagie et lorsqu’il y a occurrence du dimanche avec une fête majeure. Dans tous les autres cas, on chante typiquement les Psaume 118 (" Immaculati ", " Amomos ", " Niéporotchny "), souvent réduit à quelques versets (voir Section 8). Toutefois, dans beaucoup d’églises on chante le Polyéléos tous les dimanches de l’année.

    Les versets du Psaume 134 se chantent sur la même mélodie (selon l’usage, on ne chante pas tous les versets) :

    CHŒUR : Louez le Nom du Seigneur, / louez-le, serviteurs du Seigneur. Alléluia.

    Qui vous tenez dans la maison du Seigneur, / dans les parvis de la maison de notre Dieu. Alléluia.

    Louez le Seigneur car le Seigneur est bon ; / chantez à son Nom car il est favorable. Alléluia.

    Car le Seigneur s’est choisi Jacob, / Israël pour qu’il lui appartînt. Alléluia.

    Je sais que le Seigneur est grand / et que notre Seigneur est au-dessus de tous les dieux. Alléluia.

    Tout ce que le Seigneur veut, il le fait / dans les cieux et sur la terre, dans les mers et dans tous les abîmes. Alléluia.

    Il fait monter les nuages des extrémités de la terre. / Il produit les éclairs et la pluie, il tire le vent de Ses trésors. Alléluia.

    Maison d’Israël, bénissez le Seigneur. / Maison d’Aaron, bénissez le Seigneur. Alléluia.

    Maison de Lévi, bénissez le Seigneur ; / vous qui craignez le Seigneur, bénissez le Seigneur. Alléluia.

    Que de Sion l’on bénisse le Seigneur, / qui habite à Jérusalem. Alléluia.

    La mélodie est un peu différente pour les versets du Psaume 135 :

    CHŒUR : Rendez grâce au Seigneur, car il est bon. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Louez le Dieu des dieux, louez le Seigneur des seigneurs. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Celui qui seul a fait de grands prodiges. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Celui qui a fait les cieux avec intelligence. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Celui qui a étendu la terre sur les eaux. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Celui qui a fait les grands luminaires. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Le soleil pour présider au jour. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    La lune et les étoiles pour présider à la nuit. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Celui qui se souvint de nous quand nous étions humiliés. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Et nous délivra de nos oppresseurs. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Celui qui donne la nourriture à toute chair. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Louez le Seigneur des cieux. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    Et on répète le premier verset du Psaume 135 :

    Rendez grâce au Seigneur, car il est bon. Alléluia. Alléluia.
    Sa miséricorde est éternelle. Alléluia.

    8. IMMACULATI (PSAUME 118)

    À la place du Polyéléos, selon le Typikon, le Psaume 118 ou des extraits sont chantés selon le ton occurrent, selon le ton 4 ou le ton 5 ou encore selon une mélodie particulière.

    CHŒUR : Bienheureux ceux qui sont irréprochables dans la voie,
    qui marchent dans la loi du Seigneur.
    Bienheureux ceux qui scrutent ses témoignages,
    qui le cherchent de tout leur cœur.
    C’est un bien pour moi que tu m’aies humilié,
    pour que j’apprenne tes jugements.

    Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche,
    que des monceaux d’or et d’argent.
    Tes mains m’ont fait et façonné ;
    donne-moi l’intelligence, et j’apprendrai tes commandements.
    Ceux qui te craignent me verront et seront dans la joie,
    parce que j’ai mis toute mon espérance dans tes paroles.
    La manifestation de te paroles illumine les petits enfants,
    et leur donne l’intelligence.
    J’ai ouvert la bouche et j’ai attiré l’Esprit,
    parce que je désirais ardemment tes commandements.

    Regarde vers moi, et aie pitié de moi,
    selon ton décret envers ceux qui aiment ton Nom.
    Conduis mes pas selon ta parole,
    et qu’aucune iniquité ne domine sur moi.
    Mon âme vivra et te louera,
    et tes décrets seront mon secours.
    J’ai erré comme une brebis perdue, viens chercher ton serviteur,
    car je n’ai pas oublié tes commandements.

    9. MÉGALINAIRE

    S’il y a occurrence avec une fête majeure, le prêtre chante le Mégalynaire de la fête, qui est repris par le chœur. On chante ou lit des versets du " psaume choisi ", entre lesquels on rechante le Mégalynaire. Pendant ce temps, le prêtre encense toute l’église. Après " Gloire... et maintenant ... alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu ", chanté deux fois, le prêtre continue : " Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu " et il chante une dernière fois, seul, le Mégalynaire.

    10. EULOGÉTAIRES DE LA RÉSURRECTION

    À la vigile du dimanche, après le Polyeleos, le chœur chante les Eulogétaires de la Résurrection, pendant que le prêtre fait un encensement de toute d’église, si cela n’a pas été fait pendant le Mégalynaire de la fête occurrente :

    Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

    Le chœur des anges fut frappé de stupeur, en te voyant compté parmi les morts,
    alors que, Sauveur, tu anéantissais la puissance de la mort,
    et qu’avec toi tu relevais Adam, libérant tous les hommes des enfers.

    Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

    Pourquoi mêlez-vous à la myrrhe des larmes de compassion, vous ses disciples ?
    disait aux myrophores l’ange resplendissant dans le tombeau ;
    voyez le sépulcre et réjouissez-vous, car le Sauveur s’est relevé du tombeau.

    Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

    De grand matin, les myrophores accoururent en se lamentant à ton sépulcre ;
    mais l’ange se tint devant elles et leur dit :
    Le temps des lamentations est passé, ne versez plus de larmes,
    mais annoncez aux apôtres la Résurrection.

    Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements.

    Les femmes venues avec la myrrhe à ton sépulcre, Sauveur, se lamentaient,
    mais l’ange leur adressa ces paroles :
    Pourquoi comptez-vous parmi les morts le Vivant ?
    Car étant Dieu, il s’est relevé du tombeau.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

    Adorons le Père, le Fils et le Saint-Esprit, Trinité sainte en un seul être ;
    avec les séraphins écrions-nous : Saint, saint, saint es-tu, Seigneur.

    Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    PETITE ECTENIE

    DIACRE : Encore et encore, en paix, prions le Seigneur.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Faisant mémoire de notre très sainte, immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine,
    la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et de tous les Saints, confions-nous
    nous- mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

    CHŒUR : À toi, Seigneur.

    PRÊTRE : Car à tu es un Dieu bon et ami des hommes, et nous te rendons gloire,
    Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    11. ANAVATHMI

    Tandis que le prêtre se rend au sanctuaire pour la lecture de l’Évangile, le chœur chante l’Hypakoï (dimanche) et les Anavathmi (stepenny) du ton occurrent. Les jours de fête, on chante la première antienne des Anavathmi du IVe ton :

    CHŒUR : Dès ma jeunesse, elle m’ont traqué,* les passions qui m'assaillent. *
    Mais toi, ô mon Sauveur, protège-moi et sauve-moi. *

    Que soient tous confondus par le Seigneur * les ennemis de Sion, *
    qu’ils soient comme l’herbe que roussit * le feu qui la dessèche.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, *
    et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Par le Saint-Esprit toute âme vit * et s’élève en toute pureté *
    pour resplendir de la triple unité en un mystère sacré.

    12. PROKIMENON

    DIACRE : Sagesse ! Soyons attentifs. Le prokimenon dans le …ième ton : ...

    Le diacre chante le prokimenon du ton occurrent, en alternance avec le chœur (le prokimenon des grandes fêtes est toujours dans le IVe ton).

    13. ÉVANGILE

    PRÊTRE : Prions le Seigneur.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    PRÊTRE : Car tu es saint, ô notre Dieu, et tu reposes parmi les saints, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    PRÊTRE : Que tout souffle loue le Seigneur.

    CHŒUR : Que tout souffle loue le Seigneur.

    PRÊTRE : Louez le Seigneur dans ses saints, louez-le au firmament de sa puissance.

    CHŒUR : Que tout souffle loue le Seigneur.

    PRÊTRE : Que tout souffle ...

    CHŒUR : …loue le Seigneur.

    PRÊTRE : Et pour qu’il nous soit donné d’écouter dignement le saint Évangile, supplions le Seigneur notre Dieu :

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    PRÊTRE : Sagesse. Tenons-nous droits. Écoutons le saint Évangile. Paix à tous.

    CHŒUR : Et à ton esprit.

    PRÊTRE : Lecture du saint Évangile selon Saint ...

    CHŒUR : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.

    DIACRE : Soyons attentifs.

    Le dimanche, le prêtre lit l’une des onze péricopes de la Résurrection (eothina) à l’autel (sur le côté sud de l’autel, selon l’usage grec). Après la lecture, le prêtre tient l’Évangéliaire des deux mains, face au peuple. Il reste sur la soléa pendant le chant de l’Hymne " Ayant vu la Résurrection du Christ… ". Quand le chœur chante " Venez, tous les fidèles… ", il se rend au centre de l’église et dépose l’Évangéliaire sur un lutrin. Le clergé et les fidèles viennent vénérer l’Évangéliare et reçoivent l’onction avec l’huile bénite à la fin des vêpres (si célébration des vigiles), soit pendant la lecture du Psaume 50, soit pendant le Canon, selon l’usage local. À la fin de la lecture de l’Évangile, le chœur chante :

    CHŒUR : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.

    Le dimanche on chante ce tropaire de la Résurrection (ton 6) :

    CHŒUR : Ayant vu la Résurrection du Christ, adorons le Saint Seigneur Jésus, seul sans péché.
    Nous vénérons ta croix, ô Christ, chantons et glorifions ta sainte Résurrection,
    car tu es notre Dieu, nous n'en connaissons pas d'autre,
    et c'est ton Nom que nous invoquons.

    Venez, tous les fidèles, adorons la sainte Résurrection du Christ,
    car par la Croix est venue la joie dans le monde entier.

    Bénissant en tout temps le Seigneur, nous chantons sa Résurrection.
    Il a souffert pour nous la Croix, anéanti la mort par sa mort.

    PSAUME 50

    LECTEUR : Aie pitié de moi, ô Dieu, selon ta grande miséricorde,
    et dans ton immense compassion, efface mon péché.
    Lave-moi de plus en plus de mon iniquité,
    et de mon péché purifie-moi.
    Car je connais mon iniquité,
    et mon péché est constamment devant moi.
    Contre toi seul j’ai péché,
    et j’ai fait le mal sous tes yeux.
    Ainsi, tu seras trouvé juste en tes paroles,
    et tu seras vainqueur quand on te jugera.
    Vois : dans l’iniquité j’ai été conçu,
    et j’étais dans le péché quand ma mère m’a enfanté.
    Mais tu aimes la vérité :
    tu m’as révélé les mystères et les secrets de ta sagesse.
    Tu m’aspergeras avec l’hysope, et je serai purifié,
    tu me laveras, et je deviendrai plus blanc que la neige.
    Tu me feras entendre des paroles de joie et d’allégresse,
    et ils exulteront, les os humiliés.
    Détourne ta face de mes péchés,
    efface toutes mes iniquités.
    Crée en moi un cœur pur, ô Dieu,
    et renouvelle en ma poitrine un esprit droit.
    Ne me rejette pas loin de ta face,
    et ne retire pas de moi ton Esprit Saint.
    Rends-moi la joie de ton salut,
    et fortifie-moi par l’Esprit souverain.
    J’enseignerai tes voies aux pécheurs,
    et les impies reviendront vers toi.
    Délivre-moi du sang, ô Dieu, Dieu de mon salut,
    et ma langue exultera pour ta justice.
    Seigneur, ouvre mes lèvres ;
    et ma bouche annoncera ta louange.
    Si tu avais voulu un sacrifice, je te l’aurais offert,
    mais tu ne prends aucun plaisir aux holocaustes.
    Le sacrifice qui convient à Dieu, c’est un esprit brisé ;
    un cœur broyé et humilié, Dieu ne le méprise point.
    Accorde tes bienfaits à Sion dans ta bienveillance, Seigneur,
    et que soient relevés les murs de Jérusalem ;
    alors tu prendras plaisir au sacrifice de justice,
    à l’oblation et aux holocaustes,
    alors on offrira de jeunes taureaux sur ton autel.

    Le chœur chante ici un doxastikon et des stichères propres à la fête. Les dimanches :

    CHŒUR : (ton 6) Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit.
    Par les prières des apôtres, Seigneur plein de bonté,
    Efface la multitude de nos fautes.

    Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Par les prières de la Mère de Dieu, Seigneur plein de bonté,
    Efface la multitude de nos fautes.

    Aie pitié de moi, Ô Dieu, selon ta grande miséricorde
    et dans ton infinie bonté, efface mon péché.

    Jésus se lève du tombeau comme il l’avait prédit.
    Il nous donne la vie éternelle et sa grande pitié.

    14. PRIÈRE SOLONNELLE

    Si la prière solennelle qui suit a déjà été dite à la litie (lorsque les vigiles sont célébrées), le célébrant peut la répéter, s’il le désire, intégralement ou raccourcie. Le texte complet de la prière solennelle se trouve à l’annexe II de l’office de vêpres. Dans la pratique la plus courante, en cas de célébration des vigiles, la plupart des prêtres disent ceci :

    PRÊTRE : Ô Dieu, sauve ton peuple et bénis ton héritage.
    Par la miséricorde, la compassion et l’amour pour les hommes
    de ton Fils unique, avec lequel tu es béni,
    ainsi que ton Esprit très saint, bon et vivifiant,
    maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    Tandis que le chœur commence à chanter le canon, clergé et fidèles viennent vénérer l’icône de la fête. Ils reçoivent une onction de l’huile qui a été bénite à la fin des vêpres et un morceau de pain imbibé de vin.

    15. CANON

    Le canon (parfois, il y en a plusieurs, jusqu’à quatre) comprend neuf odes (la deuxième ode ne se chante que durant le Grand Carême). Chaque ode comprend : l’hirmos, des tropaires et une katavasia.

    Après la IIIe ode : Petite ecténie, suivie de l’hypakoi et/ou du cathisme poétique (sédalène).

    Après la VIe ode : Petite ecténie, suivie du kontakion, de l’ikos et du Synaxaire.

    Pendant le VIIIe ode, le prêtre encense le sanctuaire. Après la Katavasia de la VIIIe ode et pendant le chant du Magnificat, il encense le reste de l’église.

    Après la IXe ode (qui comporte des mégalynaires et durant laquelle a lieu un grand encensement) : Petite ecténie suivie de l’exapostilaire. On chante le Magnificat les dimanches ordinaires. À certaines fêtes de la Mère de Dieu et des saints, on chante le Magnificat avant la IXe ode, laquelle, dans ce cas, ne comprend pas de mégalynaires.

    16. MAGNIFICAT

    PRÊTRE : Le Mère de Dieu et de la Lumière, magnifions-la par nos chants !

    CHŒUR : Mon âme magnifie le Seigneur,
    et mon esprit s'est réjoui en Dieu, mon Sauveur.

    Antienne (refrain) : Toi plus vénérable que les chérubins
    et incomparablement plus glorieuse que les séraphins,
    qui sans corruption enfantas Dieu le Verbe,
    toi véritablement la Mère de Dieu, nous te magnifions.
    (de même après chaque verset du Cantique).

    Car il a jeté les yeux sur l'humilité de sa servante,
    voici que désormais toutes les générations me diront bienheureuse.

    Car le Tout-puissant a fait en moi de grandes choses, saint est son Nom,
    et sa miséricorde envers ceux qui le craignent s'étend d'âge en âge.

    Il a déployé la force de son bras
    et dispersé les orgueilleux pour la pensée de leur cœur.

    Il a détrôné les puissants et exalté les humbles,
    il a comblé de biens les affamés et renvoyé les riches les mains vides.

    Il a pris soin d'Israël son serviteur,
    se souvenant de sa miséricorde,
    comme il l'avait dit à nos pères,
    à Abraham et sa postérité jusque dans les siècles.

    PETITE ECTENIE

    DIACRE : Encore et encore, en paix, prions le Seigneur.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Faisant mémoire de notre très sainte, immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine,
    la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et de tous les Saints, confions-nous
    nous- mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

    CHŒUR : À toi, Seigneur.

    PRÊTRE : Car toutes les puissances des cieux te louent, et nous te rendons gloire,
    Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    PRÊTRE : Saint est le Seigneur notre Dieu.

    CHŒUR : Saint est le Seigneur notre Dieu.

    PRÊTRE : Car il est saint, le Seigneur notre Dieu.

    CHŒUR : Saint est le Seigneur notre Dieu.

    PRÊTRE : Au-dessus de tous les peuples, notre Dieu.

    CHŒUR : Saint est le Seigneur notre Dieu.

    17. EXAPOSTILAIRES

    On chante ou lit les Exapostilaires : celui du dimanche, selon l’Évangile de la Résurrection qui a été lu, celui du Ménée et le Théotokion.

    18. LAUDES

    Les Laudes suivent le canon des Matines. Les deux premiers versets des Laudes sont chantés selon le ton du premier stichère.

    CHŒUR : Que tout souffle loue le Seigneur. * Louez le Seigneur du haut des cieux, *
    louez-le dans les hauteurs. **À toi convient la louange, ô Dieu

    Louez-le, tous ses anges ;* louez-le, toutes ses puissances. **
    À toi convient la louange, ô Dieu.

    On lit le reste des psaumes ou on passe directement aux versets accompagnés de stichères, selon l’usage local.

    PSAUME 148

    LECTEUR : Louez-le, soleil et lune,
    louez-le, toutes les étoiles et la lumière.
    Louez-le, cieux des cieux,
    et les eaux qui sont au-dessus des cieux.
    Qu’ils louent le Nom du Seigneur,
    car il a parlé, et ils ont été faits,
    il a commandé, et ils furent créés.
    Il les a établis pour l’éternité,
    et pour les siècles des siècles,
    il a donné des lois qui ne passeront point.
    Louez le Seigneur du sein de la terre,
    dragons, et tous les abîmes.
    Feu et grêle, neige et glace, vents et tempêtes,
    vous qui accomplissez sa parole.
    Montagnes et toutes les collines,
    arbres fruitiers et tous les cèdres.
    Animaux sauvages et tout le bétail,
    serpents et oiseaux ailés,
    rois de la terre et tous les peuples,
    princes et tous les juges de la terre.
    Jeunes gens et vierges,
    vieillards et adolescents.
    Qu’ils louent le Nom du Seigneur,
    car son Nom seul est exalté,
    sa louange remplit le ciel et la terre.
    Il relèvera le front de son peuple ;
    il sera loué par tous ses saints,
    par les fils d’Israël, le peuple qui s’approche de lui.

    PSAUME 149

    Chantez au Seigneur un cantique nouveau,
    sa louange dans l’assemblée des saints.
    Qu’Israël se réjouisse en son Créateur,
    et que les fils de Sion exultent en leur Roi.
    Qu’ils louent son Nom par la danse,
    qu’ils lui chantent des psaumes avec le
    tambourin et la harpe.
    Car le Seigneur se complaît dans son peuple,
    il relèvera les doux et les sauvera.
    Les saints se réjouiront dans la gloire,
    ils exulteront dans leur repos.
    À pleine gorge ils magnifient Dieu,
    ils ont à la main le glaive à deux tranchants,
    pour exercer la vengeance parmi les nations,
    des châtiments parmi les peuples ;
    pour lier leurs rois avec des chaînes,
    et leurs princes avec des entraves de fer.

    C’est à partir d’ici qu’on introduit les stichères prévus, typiquement huit les dimanches ; les deux derniers stichères, propres aux dimanches, sont précédés de versets du Psaume 9 :

    LECTEUR : Pour exécuter contre eux le jugement, comme il est écrit ;
    telle est la gloire de tous ses saints.

    CHŒUR : (premier stichère)

    PSAUME 150

    LECTEUR : Louez le Seigneur dans ses saints, louez-le au firmament de sa puissance.

    CHŒUR : (deuxième stichère)

    LECTEUR : Louez-le pour ses hauts faits, louez-le selon sa grandeur infinie.

    CHŒUR : troisième stichère

    LECTEUR : Louez-le au son de la trompe, louez-le sur la harpe et la cithare.

    CHŒUR : (quatrième stichère)

    LECTEUR : Louez-le par le tambourin et la danse, louez-le au son des cordes et des instruments.

    CHŒUR : (cinquième stichère)

    LECTEUR : Louez-le avec les cymbales retentissantes,
    louez-le avec les cymbales de jubilation.
    Que tout souffle loue le Seigneur !

    CHŒUR : (sixième stichère)

    LECTEUR : Lève-toi, Seigneur, que ta main se dresse, n’oublie pas tes pauvres à jamais.

    CHŒUR : (septième stichère)

    LECTEUR : Je te confesserai, Seigneur, de tout mon cœur ; je raconterai toutes tes merveilles.

    CHŒUR : (huitième stichère)

    LECTEUR : Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit.

    CHŒUR : (Eothinon correspondant à l’Évangile de la Résurrection qui a été lu.)

    LECTEUR : Maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

    CHŒUR : Tu es bénie, ô Vierge Mère de Dieu,
    car par celui qui s’est incarné de toi,
    les enfers ont été enchaînés, Adam rappelé,
    la malédiction abolie, Ève délivrée,
    la mort mise à mort, et nous vivifiés.
    Aussi élevons-nous nos voix pour chanter :
    Béni sois-tu, Christ notre Dieu,
    Qui l’a voulu ainsi; gloire à toi.

    19. GRANDE DOXOLOGIE

    Le prêtre a revêtu le phélonion pendant les Laudes. Quand le cœur chante le Théotokion, il ouvre les Portes Royales et on allume tous les luminaires, au sanctuaire et dans l’église.

    PRÊTRE : Gloire à toi qui nous as montré la lumière.

    CHŒUR : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre,
    bienveillance parmi les hommes.
    Nous te chantons, nous te bénissons, nous t'adorons,
    nous te glorifions, nous te rendons grâce pour ta grande gloire.
    Seigneur, Roi céleste, Dieu et Père tout-puissant ;
    Seigneur, Fils unique, Jésus Christ, et Saint-Esprit ;
    Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, Fils du Père,
    Toi qui ôtes le péché du monde, aie pitié de nous ;
    Toi qui ôtes les péchés monde, reçois notre prière ;
    Toi qui sièges à la droite du Père, aie pitié de nous.
    Car tu es le seul Saint, le seul Seigneur,
    Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père. Amen.

    Chaque jour je te bénirai et louerai ton Nom dans les siècles des siècles.
    Daigne, Seigneur, nous garder ce jour sans péché.
    Tu es béni, Seigneur, Dieu de nos pères,
    et ton Nom est loué et glorifié dans les siècles. Amen.

    Que ta miséricorde, Seigneur, soit sur nous,
    comme nous avons espéré en toi.
    Tu es béni, Seigneur, enseigne-moi tes jugements. (3 fois)

    Seigneur, tu as été pour nous un refuge d'âge en âge.
    J'ai dit Seigneur, aie pitié de moi,
    guéris mon âme, car j'ai péché contre toi.
    Seigneur, je me suis réfugié auprès de toi,
    enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu.
    Car auprès de toi est la source de la vie,
    dans ta lumière nous verrons la lumière.
    Étends ta miséricorde sur ceux qui te connaissent.

    Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit,
    et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

    Saint Immortel, aie pitié de nous.

    Et plus solennellement :

    Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous.

    Le chœur chante l’un des tropaires suivants, selon le ton occurrent :

    Tropaire, tons 1, 3, 5 et 7 :

    CHŒUR : Aujourd’hui le salut est venu dans le monde.
    Chantons le Prince de notre vie, qui est sortie du tombeau.
    Il a détruit la mort par sa mort
    et nous a donné la victoire et sa grande miséricorde.

    Tropaire, tons 2, 4, 6 et 8 :

    CHŒUR : Ressuscitant du tombeau,
    tu as défait les liens de l’enfer,
    délié la condamnation de la mort,
    délivré les hommes des pièges de l’ennemi.
    Tu t’es montré à tes apôtres et tu les as envoyé prêcher.
    Par eux, tu as accordé la paix au monde, Seigneur plein de bonté.

    20. ECTÉNIE DE SUPPLICATION

    DIACRE : Aie pitié de nous, ô Dieu, selon ta grande miséricorde,
    nous te prions, écoute-nous et aie pitié.

    CHŒUR : Kyrie eleison. (3 fois) (et ainsi après chaque demande)

    DIACRE : Nous te prions encore pour notre patriarche N., notre métropolite N., notre évêque N., et pour tous nos frères en Christ.

    Nous te prions encore pour notre patrie et pour ceux qui la gouvernent.

    Nous te prions encore pour nos frères les prêtres, les diacres, les moines et les moniales, et pour toute notre fraternité dans le Christ.

    Nous te prions encore pour les membres de cette paroisse (communauté) et les habitants de cette ville ; qu’ils obtiennent miséricorde, vie, paix, santé, salut, protection, pardon et rémission des péchés.

    Nous te prions encore pour les bienheureux fondateurs de cette paroisse (ce saint monastère), pour tous nos pères et frères défunts qui reposent ici et pour les défunts orthodoxes du monde entier.

    Nous te prions encore pour les bienfaiteurs de ce saint et vénérable temple, pour ceux qui apportent des dons, pour tous ceux qui y travaillent et qui y chantent, et pour tout le peuple ici présent qui attend de toi grande et abondante miséricorde.

    PRÊTRE : Car tu es un Dieu plein de miséricorde et d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    Certains omettent l’ecténie des demandes et passent tout de suite à : " Paix à tous " et à la prière sur les fidèles inclinés.

    21. ECTÉNIE DE DEMANDES

    DIACRE : Accomplissons notre prière matinale au Seigneur.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Secours-nous, sauve-nous, aie pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

    CHŒUR : Kyrie eleison.

    DIACRE : Demandons au Seigneur que ce jour tout entier
    soit parfait, saint, paisible et sans péché.

    CHŒUR : Accorde, Seigneur. (et ainsi après chaque demande)

    Demandons au Seigneur un ange de paix, guide fidèle, gardien de nos âmes et de nos corps.

    Demandons au Seigneur pardon et rémission de nos péchés et de nos transgressions.

    Demandons au Seigneur ce qui est bon et utile à nos âmes et la paix pour le monde.

    Demandons au Seigneur d’achever notre vie dans la paix et la pénitence.

    Demandons au Seigneur une fin chrétienne sans douleur, sans honte, paisible, et notre justification devant son trône redoutable.

    Faisant mémoire de notre très sainte, immaculée, toute bénie et glorieuse Souveraine, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, et de tous les saints, confions-nous nous- mêmes, les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

    CHŒUR : À toi, Seigneur.

    PRÊTRE : Car tu es un Dieu bon et ami des hommes, et nous te rendons gloire,
    Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    PRÊTRE : Paix à tous.

    CHŒUR : Et à ton esprit.

    PRÊTRE : Inclinons la tête devant le Seigneur.

    CHŒUR : Devant toi, Seigneur.

    PRÊTRE : Seigneur très-saint, toi qui habites les hauteurs, et te penches vers ce qui est humble ; de ton regard partout présent, tu veilles sur toute créature. Nous nous inclinons, âme et corps, devant toi, et nous t’implorons : ô Saint des saints, de ta sainte demeure, étends ta main que nul ne peut voir, et donne à tous ta bénédiction. Et tous les péchés que nous avons commis de plein gré ou sans le vouloir, pardonne-les-nous, en ta bonté et ton amour des hommes, et accorde-nous tes biens terrestres et célestes.

    Car il t’appartient de nous faire miséricorde et de nous sauver, ô Christ notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen.

    22. CONGÉ

    DIACRE : Sagesse.

    CHŒUR : Père, bénis.

    PRÊTRE : Béni soit le Christ notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours
    et dans les siècles des siècles.

    CHŒUR : Amen. Ô Christ notre Dieu, affermis dans la sainte et vraie foi
    tous les chrétiens pieux et orthodoxes, ainsi que cette sainte assemblée,
    pour les siècles des siècles.

    PRÊTRE : Très Sainte Mère de Dieu, sauve-nous.

    CHŒUR : Toi plus vénérable que les Chérubins et incomparablement plus glorieuse
    que les Séraphins, toi qui sans tache enfantas Dieu le Verbe,
    toi véritablement la Mère de Dieu, nous t’exaltons!.

    PRÊTRE : Gloire à toi, Christ notre Dieu, notre espérance, gloire à toi.

    CHŒUR : Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, maintenant et toujours
    et dans les siècles des siècles. Amen.

    Kyrie eleison. (3 fois)

    Père, bénis.

    PRÊTRE : Que celui qui est ressuscité d’entre les morts,
    le Christ, notre vrai Dieu, par les prières de sa sainte Mère toute pure,
    des saints, glorieux et illustres apôtres, de saint N. (patron de l’église),
    des saints NN., dont nous célébrons la fête en ce jour,
    des saints et justes ancêtres de Dieu, Joachim et Anne,
    et de tous les saints, ait pitié de nous et nous sauve,
    car il est bon et ami des hommes.

    Tandis que chacun vient vénérer les icônes, le chœur chante le tropaire dominical ou autres tropaires, selon l’usage local.


Ce texte est disponible en format Word.
Écrivez-nous : thabor [arobase (@)] megaweb.ca.

Introduction à la Divine Liturgie

Début de la Page Page d'Accueil

Mise en ligne le 30-09-08.
Dernière mise à jour le 06-12-12.